Témoignages sur les biberons

Des biberons calculés

Isabelle, maman de 4 dont des triplés.

Nourrir des triplés; 


Probablement ce qui provoque le plus de questionnements, d’angoisses et de craintes quand on apprend qu’on va avoir trois bébés. Ce n’est pas un secret pour personne;  les premiers mois, tout tourne autour des boires qui reviennent trop vite même avec un seul bébé à nourrir. Mon premier et plus important conseil pour les premiers mois serait de demander de l’aide! Pas seulement à une, mais au moins à deux personnes, car juste deux bras pour s’occuper de trois minis ce n’est clairement pas assez. Enceinte, j’essayais de prévoir comment on allait s’arranger. J’essayais de trouver la bonne façon de faire, mais malgré toute ma préparation, ce sont mes bébés qui ont eu le dernier mot. 

J’ai accouché à 26 semaines de grossesse, donc pendant les premiers mois à l’hôpital, ils ont été nourris par gavage avec mon lait maternel que je tirais et avec la banque de lait maternel d’Héma-Quebec. L’alimentation a été difficile, même au retour à la maison, car la quantité de lait qu’ils devaient prendre était calculée par les médecins sinon on devait finir leurs boires par gavage. La quantité qu’ils prenaient était très importante pour leur croissance puisqu’ils étaient de grands prématurés qui se fatiguaient vite.

 

C’est donc à la sortie de l’hôpital que j’ai décidé d’arrêter de tirer mon lait pour donner de la préparation, car c’était trop pour moi avec les restrictions qu’on avait (il faut s’écouter parfois, même si ça m’a fait un gros pincement au cœur). Donc tout était calculé à notre arrivée à la maison.

 

Notre horaire pour les boires et ce qu’ils devaient prendre à chaque fois était inscrit sur une feuille. Ça semble plus facile ainsi, mais c’était une tout autre histoire avec trois bébés qui prenaient 45 minutes chacun pour boire et qui régurgitaient intensément si on n’avait pas la bonne position. Les premières semaines à la maison, nous étions un adulte par bébé pour les boires, puis avec le temps et le retour au travail de papa, on est passé à deux personnes. Je m’installais sur le divan avec deux coussins de chaque côté de moi et j’installais un bébé sur chaque coussin face vers moi. Comme ça je réussissais enfin à donner deux biberons en même temps et je raccourcissais ainsi la durée des boires.

 

Autour de 4 mois corrigé (7 mois âge réel), je commençais à être capable d’être seule avec les trois bébés en faisant patienter celui qui était le moins affamé. C’est vers 10 mois corrigés que tout a changé lorsqu’ils ont finalement réussi à prendre seuls leurs biberons couchés sur les coussins d’allaitement. 

Pour une préparation rapide du lait et des biberons, on avait acheté un pichet pour faire notre mélange en grande quantité qu’on utilisait pour remplir tous nos biberons d’avance. On les gardait au réfrigérateur et on n'avait qu’à les faire réchauffer lorsque c’était le moment des boires. On nettoyait, stérilisait et préparait les biberons deux fois par jour. On avait vraiment l’impression de juste faire ça dans une journée et c’était pas mal le cas.

 

Des moments difficiles il y en a eu beaucoup, mais il ne faut pas oublier de se dire que tout finit par passer et qu’un jour la vie sera complètement différente. 

 

Tout ça pour dire que c’est loin d’être facile la première année avec des bébés multiples, mais c’est tellement gratifiant de réussir à relever ce merveilleux défi.

154435894_267711671459307_65595735492458

Crédits photos: Mamans Pieuvres 

 

Ma nouvelle routine

Caroline, maman de jumelles.

Je dois avouer qu’avant l’accouchement, j’étais certaine que j’allaiterais. Je ne me suis même pas questionnée sur les difficultés de l’allaitement, dans ma tête, je mettrais mes bébés au sein et le reste se ferait naturellement!

 

Évidemment, ce n’est pas réellement ce qui s’est produit! Mes filles sont arrivées à 36,2 par voie basse. Dès la naissance, j’ai récupéré le colostrum que j’avais réussi à récolter de peine et de misère! Je mettais les filles au sein mais elles étaient si petites que c’était trop dur pour elles, donc nous alternions avec les biberons et la préparation, en plus de « booster » mon lait maternel avec la préparation comme les filles devaient prendre du poids.

 

À notre retour à la maison, même si je tirais mon lait 8 fois par jour/nuit pendant 15 minutes, ma production n’était pas suffisante. J’ai évidemment essayé les produits pour l’augmenter, mais en tout honnêteté, j’étais épuisée et démotivée de voir que ce que je m’étais imaginé ne reflétait pas la réalité que je vivais.

 

En plus d’être une nouvelle maman, j’avais un peu l’impression d'échouer dans ce domaine!

 

Vers 6 semaines, mes filles ont fait une réaction et nous avons découvert qu’elles étaient intolérantes au lait. Ce fut comme un signe pour moi, le signe où je devais penser un peu plus à moi, pour me sentir mieux dans mon nouveau rôle de mère.

 

Avec papa qui travaillait à l’extérieur, nous avons donc décidé de passer exclusivement au biberon. À partir de ce moment, je me sentais bien. Mes filles étaient heureuses, et moi aussi! Les boires étaient plus rapides et j’avais seulement deux biberons à laver et stériliser après le boire.

 

Pour moi, le contact avec mes bébés au biberon était tout aussi important que celui de l’allaitement. C'était également un moment privilégié que mon conjoint ou ma mère pouvait aussi passer avec elles. Les sorties, bien que peu nombreuses, étaient aussi moins compliquées et je n’avais pas à stresser à savoir si mes filles prendraient bien le sein et seraient en mesure de se nourrir! Au début, on mélangeait le lait pour la journée complète et on le mettait dans un pot au frigo. Après quelques semaines, nous avons acheté la Babybrezza! Quel bonheur! J’ai pu ranger mon chauffe-biberon!

 

Quand j’étais seule, je plaçais les filles dans leurs sièges vibrants et je donnais les biberons en même temps, en prenant quelques pauses pour les rots. On avait trouvé LA solution gagnante pour nous! Aujourd’hui quand je repense aux premières semaines, je me dis que je n’aurais pas dû me mettre autant de pression et être plus douce envers moi-même, que c’est bien de penser un peu à nous dans toute cette nouveauté qu’apporte deux bébés!

153500431_3743931549030284_2192770484051

Crédits photos: Mamans Pieuvres 

 

Double maman pieuvre

Véronique, maman de deux paires de jumeaux.

Ici je n’ai pas allaité par choix personnel. J’ai décidé de tirer mon lait et de le donner au biberon ! À l’hôpital avec papa, on prenait chacun un bébé et on donnait le biberon et par la suite je tirais mon lait !

 

De retour à la maison, après que papa ait recommencé à travailler,  je me levais seule la nuit alors je préparais un biberon chacun que je mettais dans le chauffe biberon le temps de changer la couche. J’avais un chauffe biberon qu’on pouvait contrôler la température de l’eau. Par la suite, j’installais un bébé dans la chaise vibrante (les plus anciennes vont tellement mieux) chacun avec une doudou roulée sous le biberon alors j’avais les mains libres pour faire les rots, toujours sous supervision! Je faisais pareil le jour comme cela je pouvais m’occuper des plus vieux en même temps! Une fois le boire terminé, je tirais mon lait et je préparais les biberons pour le prochain boire!

 

Selon moi, le conseil que je pourrais donner est de faire ce qui est le plus facile pour vous. Nous avons toutes des réalités différentes et des enfants avec des besoins différents, une technique n’est pas meilleure qu’une autre!

154288804_239783381028510_39620299955945

Crédits photos: Mamans Pieuvres 

 

La grande participation de papa.

Catherine, maman de jumeau/jumelle.

Je m'en rappelle encore comme si c’était hier. Les premiers jours à l’hôpital et à la maison, submergés par les différentes émotions et la fluctuation d’hormones.

 

Je désirais allaiter mes bébés, mais j’avais dans la tête qu’il suffisait de les mettre au sein et le tour était joué. Erreur! Ce n’est pas le cas pour toutes les mamans, surtout quand il s’agit de ta première expérience d’allaitement. J’ai été surprise par une césarienne non planifiée et même après une semaine, je n’avais toujours pas de montée laiteuse. J’avais déjà pris goût aux biberons. Mon mari et ma mère m’aidaient beaucoup avec les bébés.  Cependant, je voulais leur donner du lait maternel alors j’ai décidé de commencer à tirer mon lait seulement 4-5 fois par jour. Je comblais avec de la préparation. Pendant environ trois mois, environ le 2/3 de leurs biberons étaient du lait maternel. On peut dire que j’ai fait du tire-allaitement mixte! J’ai arrêté de tirer mon lait suite à des problèmes de santé.

Mon mari a réussi à avoir un très long congé (presque 6 mois) et nous suivions chacun l’horaire d’un bébé.

Avec plusieurs biberons à préparer par jour, nous avons investi dans notre routine de biberons en achetant deux distributeurs ainsi qu’un stérilisateur avec séchoir intégré. Nous avions 12 grands biberons et 6 petits. Nous faisions deux "brassées" de biberons par jour. Quelle équipe nous formions, c'était incroyable! Je ne sais pas ce que j'aurais faite sans mon papa pieuvre! Je suis privilégiée.

 

Pour préparer les bouteilles lors de nos sorties, nous apportions toujours un thermos traditionnel que je remplissais d'eau bouillante, en plus d'une bouteille d'eau distillée température pièce pour mon mélange. L'eau des biberons était prête en quelques secondes ... il suffisait de rajouter la poudre. Nous n'avons jamais utilisé le chauffe-biberon reçu au shower. En prenant du recul, je suis très fière d'avoir laissé mon mari créer un lien d'attachement si fort avec nos jumeaux. Je pense que le fait qu’il a presque nourri nos bébés aussi souvent que moi a grandement contribué à la proximité avec leur papa et à la santé mentale de maman! Même les grands-parents ont pu participer. Nous sommes très privilégiés de pouvoir vivre dans une société où nous avons accès à des préparations de qualité et de l’équipement pour nous aider dans notre quotidien. 

 

Pour terminer, je vous conseille de faire vos devoirs et ce, peu importe l'option que vous choisirez pour nourrir vos bébés. Explorez les différentes options d’allaitement et procurez-vous un minimum d’équipement (incluant des biberons). Ayez en tête que les débuts sont très difficiles. Les premiers mois, vous aurez l’impression de seulement nourrir vos bébés (et ce peu importe la façon). C’est normal, car justement, vous ne faites que cela!

L'important c'est d'être capable de reconnaître vos limites et donner ce que vous pouvez avec amour.

158684624_1113120759157210_6245753119929

Crédits photos: Mamans Pieuvres