top of page
About (2).png

Réussir sa séparation pour en arriver plus facilement à un style de coparentalité fonctionnelle.

En collaboration avec Cynthia Girard, Ps. Ed.

L'arrivée de jumeaux ou de triplés a des impacts majeurs sur la vie conjugale. En effet, les couples qui ont des enfants issus d’une naissance multiple sont davantage mis à l’épreuve. Le taux de divorce et de séparation est plus élevé notamment dû aux nombreux défis que doivent faire face les parents de jumeaux et triplés. L'isolement, la dépression, le manque de sommeil et l'anxiété en serait les principales causes.

La docteure Joan A. Friedman, psychologue et spécialiste en gémellité constate plusieurs problèmes conjugaux auprès de la communauté des nouveaux parents de jumeaux et triplés. Pendant la période postnatale, de nombreux couples avec deux bébés ou plus ont beaucoup de difficulté à faire la transition dans leurs nouveaux rôles: mère ou père, couple et équipe parentale. 

 

Dans sa pratique, elle constate que plusieurs parents vivent des déceptions immenses lorsque les attentes envers leur partenaire sont incapables d’être comblées. La fatigue, la culpabilité et le manque de support peuvent contribuer au sentiment de colère et de rancune dirigé vers l'autre parent. Parfois, le point de non retour a été atteint. 

Si vous avez vécu une séparation ou êtes en processus de vous séparer, nous vous encourageons à devenir le meilleur coparent pour le bien-être de vos enfants.


Il est parfois difficile d’admettre que la relation est terminée et ce deuil peut prendre du temps. Malgré que le couple soit en rupture, il demeure que votre rôle de parent ne cessera jamais. Vous devrez apprendre à composer avec votre ex-partenaire dans le meilleur intérêt de vos enfants. Aussi bien trouver des stratégies qui réduisent les conflits au lieu de se déchirer et de faire souffrir les enfants, non ?

De façon générale, 80 % des enfants vont bien s’adapter à la séparation des parents. Toutefois, environ 20 % des enfants risquent de vivre des difficultés passagères ou chroniques. Un des facteurs de protection de l'adaptation saine des enfants est la manière dont les parents vont gérer leur séparation et garder les enfants à l’écart des conflits.


Les enfants n’ont pas à être porteur de décision. Bien entendu, selon son âge et son tempérament, chaque enfant a des besoins bien spécifiques en lien avec son développement. 

Enfin, tous les enfants ont besoin d’être entendus, mais ne doivent pas porter le fardeau d’une décision, et ce, peu importe leur âge. De plus, ils doivent être ramenés dans leur rôle d’enfant et les parents doivent mettre des limites. Par exemple, le parent pourrait dire à son enfant que cette question ne le concerne pas et que c’est l’intimité de la vie de maman et de papa, qu’il n’a pas à tout savoir. 

Les enfants doivent savoir ce qui est pertinent pour eux. Si les réactions perdurent pendant plusieurs mois et s’amplifient, il est préférable d’aller consulter afin d’évaluer si certaines interventions pourraient aider l’enfant.
Image de Sincerely Media

OUTILS TÉLÉCHARGEABLES

Tous les jours

Q&R SUR LA MÉDIATION FAMILIALE

5.png

1- Qu'est-ce que la médiation familiale?

D'abord, il faut savoir que la médiation familiale n'est PAS une forme de thérapie de couple ou de thérapie familiale. En outre, la médiation familiale a pour objectif pour les ex-conjoints de réussir leur séparation conjugale. C'est-à-dire qu'il s'agit d'un mode de résolution de la rupture. Un médiateur intervient de manière impartiale auprès des parents mariés ou conjoints pour aider à négocier une entente équitable et viable, répondant aux besoins de chacun des membres de la famille. Vous pouvez divorcer une fois la médiation terminée. 

2- Quel est le rôle du médiateur?

Les médiateurs familiaux doivent faire partie de l'un de ces ordres professionnels pour pouvoir porter le titre de médiateur familial: Notaire, Psychoéducateur , Avocat, Travailleur social, Psychologue. Ainsi, ils sont supervisés par leur ordre professionnel et l' Association des médiateurs du Québec (AMFQ).

3- Quel type de décisions et de sujets sont abordés pendant les consultations?

Il est important de savoir que le médiateur ne peut pas donner son opinion, mais il vous aidera à prendre les meilleures décisions pour vous et vos enfants sur différents thèmes tels que:
 

  • Le partage du temps de vie des enfants (garde partagée, droit de visite, etc);
     

  • Les responsabilités parentales et le partage des rôles;
     

  • La pension alimentaire pour les enfants (vous allez comprendre pourquoi vous payer, au besoin)
     

  • La répartition de la maison et des biens;
     

  • La division des dettes et de l'argent;
     

  • Si vous êtes mariés, on parlera du partage du patrimoine familial, régime matrimonial, REER et fonds de pension ainsi que pension pour ex-époux.

4-Quelles sont les bénéfices de consulter?

 

-Contrôler les décisions qui influencent votre vie de famille.

-Favoriser l'intérêt des enfants pour assurer leur sécurité et leur bon développement.

-Réduire le stress des enfants par une atténuation des conflits.

-Éviter la divulgation publique des problèmes familiaux.

La médiation est une alternative efficace et économique aux procédures judiciaires parfois longues et onéreuses. Il est important de savoir que le ministère de la Justice subventionne 5 heures de médiation familiale pour les nouveaux cas de médiation. Ensuite, pour les cas en cours, le ministère subventionne 2,5 heures pour tous les changements significatifs ainsi que pour les révisions annuelles. En dehors de ces heures, le tarif est balisé à 110$ de l'heure. 

5- Qu'est-ce qui se passe si la médiation ne fonctionne pas?

Malgré la médiation, vous ne vous entendez pas ? Les tribunaux peuvent peut-être vous aider. Sachez que vous devrez faire la rencontre de coparentalité gratuite et offerte par le ministère de la Justice dans les différents palais de justice du Québec. Cette rencontre est obligatoire. Si vous avez un avocat, parlez-lui du programme PCR : parentalité -conflit- résolution. En effet, il est offert à Québec et au Saguenay Lac-Saint-Jean.

Dans le cas où la médiation a été difficile, il peut être pertinent de continuer en coaching coparental afin de réduire les risques d'entrer en conflit de séparation. Dans la même veine, les études démontrent qu'après deux ans de séparation douloureuse, il est plus difficile de rétablir une communication et une relation coparentale fonctionnelle. On peut parfois se retrouver dans les pires cas, en situation d'aliénation parentale.

61fd9be3cd0235.64219991.png

CoRSé est un podcast hebdomadaire qui s’adresse aux parents en couple ou séparés et aux intervenants qui travaillent avec ces familles.

Venez écouter Cynthia Girard, psychoéducatrice, médiatrice familiale et psychothérapeute parentale qui traitera sur différents en lien avec la parentalité.

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify

LES PRINCIPES DE BASES DE LA COPARENTALITÉ

À moins d’être dans une relation toxique, violente ou non égalitaire, il peut être normal que l’adaptation à la parentalité prenne du temps et demande des ajustements. Une chose est certaine, ensemble ou séparément, vous resterez toujours les parents de vos enfants et vous devrez former une équipe. Les enfants ont besoin de contacts fréquents, chaleureux et bienveillants de la part de leurs deux parents pour se développer de façon optimale.  

Plus notre équipe de parents est solide et se fait confiance, plus nos enfants seront épanouis.  Voici les deux grands principes qui composent la coparentalité : 

Principe #1: ASSURER LE MAINTIEN DES RÔLES PARENTAUX
 

  • Nous gardons une image positive de l’autre parent dans notre discours auprès des enfants;
     

  • Les enfants ont le droit de parler de leur autre parent et de ce qu’ils vivent avec les deux parents;
     

  • Nous favorisons des contacts avec l’autre parent, et ce, de toute forme;
     

  • Nous laissons de la place à l’autre pour mettre sa couleur dans les interventions. 
     

Principe #2: COLLABORER DANS LE PARTAGE DES RESPONSABILITÉS
 

  • Nous partageons le temps de vie des enfants selon les besoins de chacun et selon la réalité de chaque parent;
     

  • Nous partageons la fameuse charge mentale; 
     

  • Nous clarifions qui fait quoi, quand, comment, où. Ex : les devoirs, rencontres de parents, cours de danse, dentiste, psychologue, etc.;

LE TRONC COMMUN ÉDUCATIF: QUAND LES PARENTS AGISSENT DE LA MÊME MANIÈRE

Avoir des méthodes éducatives similaires, est-ce pertinent quand nous sommes parents?  Que nous soyons ensemble ou séparés, il est pertinent et souhaitable, pour faciliter l’éducation, d’avoir des interventions similaires.  Qu’est-ce que ça veut dire exactement?  Les parents s’engagent à avoir une approche similaire au niveau de la mise en place des règles, des méthodes éducatives et des conséquences.  

Ok, tout ça est beau, mais ça donne quoi? 

L’impact et la pertinence d’avoir un tronc commun éducatif permet aux enfants de rester neutre face à ses parents. Les enfants seront davantage sécurisés, car que ce soit maman ou papa qui intervienne, les interventions seront prévisibles. Les enfants sauront à quoi s’en tenir, donc les attentes seront clairement définies. Il risque d’y avoir moins de comportements problématiques, moins d’opposition et moins de crise. Bref, plus de collaboration et de plaisir. Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne dis pas non à plus de zénitude dans mon quotidien!

Dans le meilleur des mondes, nous installons cette structure de règles quand nous sommes en couple et s’il y a séparation, nous la maintenons. Si un tronc commun éducatif n’a pas été instauré, il est essentiel de travailler ensemble pour arrimer nos interventions.  

Je donne souvent en exemple la collaboration entre l’école et la maison. Si vous n’allez pas dans le même sens, les enfants risquent de jouer avec l’information en leur faveur. Désolée de vous dire que ce n’est pas parce que les enfants veulent manipuler, c’est plutôt parce qu’ils ont compris qu’il y avait un gain à gagner par l’incohérence et l’inconstance des deux milieux. Ils sont intelligents, c’est une bonne nouvelle ça, non?  

Alors, nous avons tous intérêt à aller dans le même sens. Les enfants cesseront certains comportements qui étaient générés par cette dynamique. Donc, entre maman et papa, c’est presque pareil!  Même si les enfants ont certains gains par moment, quand les parents ne se parlent pas, il demeure qu’ils ont plus à perdre qu’à gagner, car ne pas savoir à quoi s’en tenir est parfois insécurisant et déstabilisant. 

LES STYLES PARENTAUX

Nous avons grandi avec des styles de parents et nous avons donc intégré certains modèles qui nous amènent à percevoir la vie d’une certaine manière. Nous avons nous aussi comme parent un style parental qui se compose de nos valeurs, de nos blessures personnelles, de notre histoire familiale et de nos connaissances face à ce sujet.  

Suis-je assez bienveillant-e ? Suis-je trop sévère ? Suis-je en train de reproduire ce que j’ai vécu dans mon enfance ? Bref, toutes ces questions peuvent être présentes lorsqu’on parle de la parentalité. 

Pour en apprendre davantage sur les styles parentaux, je vous invite à lire mon article sur le sujet.

Publicité cours et services (1).png

Regardez notre entrevue avec notre psychoéducatrice et médiatrice familiale Cynthia Girard sur la séparation dans un contexte de naissance multiple.

Vous pouvez visiter le site web de Cynthia Girard qui offre de nombreux services à distance dont de la médiation et du coaching parental post séparation. 

LIENS INTÉRESSANTS À CONSULTER:

Source: Cynthia Girard, psychoéducatrice

Source: RV Paternité

Source: Cynthia Girard, psychoéducatrice

bottom of page